Vaste projet que celui de l'Institut de l'économie circulaire [BFMTV]



L'Institut de l’Économie circulaire a un an. Son ambition: aboutir d'ici 2017 à un projet de loi qui permette d'optimiser le recyclage afin de limiter nos importations de matières premières. Des entreprises y travaillent déjà. Leur grande difficulté sera de faire évoluer notre modèle économique.


Vaste projet que celui de l'Institut de l'Economie circulaire. Son ambition: aboutir d'ici 2017 à un projet de lui qui permette d'optimiser le recyclage, afin de limiter nos importations de matières premières. "L'idéal ne serait pas seulement de réduire notre impact environnemental mais d'avoir un impact positif." C'est le souhait formulé par Anne de Béthencourt vice-président de l'Institut de l'Economie circulaire. "Tout simplement élaborer un bâtiment pour le déconstruire plutôt que le démolir, explique-t-elle. Il nous faudra envisager autrement la fabrication des produits et leur recyclage, nous en sommes encore loin."
 
Par an, ce sont 22 tonnes de matières consommées par habitant qui sont jetées en France. Notre déficit commercial en termes d'approvisionnement en matières premières atteint le 155 millions de tonnes. François-Michel Lambert président de l'Institut s'est fixé pour objectif 100 millions de tonnes. 150 membres sont déjà mobilisés pour faire avancer le dossier au sein de l'Institut, et de tous horizons.

Des industries extractives engagées

La demande de matières premières ne cesse de croître avec le développement de pays émergents et la croissance démographique mondiale. A titre d'exemple, la production mondiale d'aluminium représentait en 2011 1.380 kilos par seconde, soit 43,5 millions de tonnes par an. Au rythme de la consommation actuelle d'aluminium, il reste 130 années de réserves de bauxite -qui est une ressource non renouvelable. Dans un tel contexte, comment peut-on récupérer les matières dans nos produits afin d'en fabriquer de nouveau?
 
Catherine Tissot-Colle membre du Conseil Exécutif du Medef explique que ce sont clairement des opportunités intéressantes de business pour les entreprises. La Filière Industries Extractives et Premières Transformations dont Catherine Tissot-Colle est aussi la vice-présidente, a déjà des réalisations concrètes à son actif. Ainsi, déjà plus de 90% de l'acier enfourné dans les aciéries correspond à du recyclage.

Le consommateur au cœur de la stratégie

Le gouvernement a fixé une feuille de route avec trois grands axes: faire évoluer tout d'abord les modes de consommation et de production. Il s'agit de travailler sur l'éco-conception et la durée de vie. Autre axe: la stratégie industrielle ou comment maîtriser l'ensemble de la chaîne. Enfin la stratégie territoriale. Elle sera cruciale notamment en matière de gestion et d'amélioration des bio-déchets et de valorisation énergétique. Des objectifs ont été fixés, en particulier la division par deux des quantités mises en décharge à l'horizon 2020.

Lire la suite sur BFM Tv


  

L'Institut | Membres | Les ateliers de travail | Adhésion | Publications | Case studies | Actualité de l'économie circulaire | Publications






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017