Smicval du Libournais et de Haute-Gironde : l’autre vie des déchets



Au Syndicat intercommunal de collecte et valorisation des déchets du Libournais et de Haute-Gironde, près d’une tonne sur deux est recyclée.


Chaque jour, c’est la valse des camions qui déversent des kilos de déchets qui seront triés et compactés, avant d’être revendus à un recycleur
Chaque jour, c’est la valse des camions qui déversent des kilos de déchets qui seront triés et compactés, avant d’être revendus à un recycleur
La collecte des déchets a quelque chose de presque magique. On dépose son sac ou son bac - noir, jaune ou gris pour les biodéchets - rempli d'ordures indésirables la veille au soir et, au petit matin, après le passage de l'une des 55 bennes du Smicval, tout a disparu ! Bon débarras pourrait-on se dire, sans s'interroger sur le devenir de ces déchets. Sont-ils enfouis ? Incinérés ? Recyclés ? Entre ses 12 déchetteries, ses multiples collectes en porte-à-porte, ses 600 conteneurs à verre et ses 135 bornes textiles, le Syndicat mixte intercommunal de collecte et de valorisation des déchets (Smicval) du Libournais et de Haute-Gironde ramasse, par mois, l'équivalent d'une Tour Eiffel en terme de poids. Soit environ 10 400 tonnes, dont près de la moitié sera recyclée. Depuis 2006, ces bonnes pratiques sont certifiées ISO 14 001, une norme environnementale liée à la...

Lire la suite sur Sud Ouest


Mots clés : Smicval

  

Actualité des membres | Membres fondateurs | Personnalités (politiques, chercheurs...) | Membres de l'Institut






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017