Recycler le béton dans le béton, c'est possible mais pas encore normé



L'utilisation de granulats de déconstruction dans la fabrication de béton a été validée techniquement par le projet Recybéton. Mais les normes et réglementations limitent pour l'instant son déploiement.


Recycler le béton dans le béton, c'est possible mais pas encore normé
Quelle deuxième vie donner aux 20 millions de tonnes de déchets de béton produits chaque année en France ? C'est à cette question que tente de répondre le projet de recherche Recybéton. Lancé en janvier 2012 pour quatre ans, le projet national livre ses premières réponses aux industriels du secteur.
Oui, réutiliser du béton recyclé pour fabriquer à nouveau du béton c'est possible. La fabrication de béton nécessite du ciment, de l'eau, du sable et des gravillons. Ces deux derniers constituants peuvent provenir de déchets de béton et se substituer aux matériaux d'origine naturelle. Des tests en laboratoire et des chantiers expérimentaux l'ont prouvé. A Chaponost, près de Lyon (69), la construction d'un dallage d'une épaisseur de 18 cm destiné à un parking de 2.100 m2 pour véhicules légers a permis de tester plusieurs types de béton fabriqués avec des taux différents de granulats recyclés (de 0 à 100%). Hormis l'utilisation de béton recyclé, les pratiques habituelles du chantier n'ont pas été modifiées. Résultat : aucune pathologie n'a été constatée.
Néanmoins, le béton recyclé ne présente pas tout à fait les mêmes propriétés que le béton classique. "On assiste à un abaissement d'élasticité (module élastique moindre), et à un retrait plus important (accroissement des retraits, avant et après prise)", explique Sophie Decreuse, directrice produits et qualité nationale chez Cemex, partenaire du projet. "Mais la théorie ne prévoit pas pour autant une augmentation du risque de fissuration, et les observations relevées sur le chantier de Chaponost le confirment, même pour les granulats 100% recyclés", ajoute-t-elle.Sur un second chantier près de Nîmes (30), un béton contenant 20% de gravillons a servi à construire une passerelle ferroviaire. "L'ouvrage présente un comportement tout à fait comparable à des ouvrages similaires réalisés avec des bétons courants", assure Jacques Roudier, président de Recybéton.

Lire la suite sur Actu-Environnement


  

L'Institut | Membres | Les ateliers de travail | Adhésion | Publications | Case studies | Actualité de l'économie circulaire | Publications






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017