Le paquet économie circulaire veut encadrer le secteur de la construction



Le futur paquet sur l’économie circulaire veut créer un second marché pour les matériaux de construction issus de la démolition qui sont aujourd'hui très peu réutilisés.


Selon le commissaire Karmenu Vella, la construction doit être un des piliers de l’économie circulaire. Et l’expression est volontiers reprise par les ténors de l’industrie. « Nous sommes centraux pour l’économie circulaire » estime Daniel Gauthier, président du Cembureau, l'association européenne des industries cimentières.

Mais le consensus s’arrête là. Les parties prenantes du secteur ont fait part de leurs idées sur la question lors d’une conférence de la Concrete Initiative, organisée à Bruxelles le 19 novembre. Recycler, dans le secteur de la construction, passe nécessairement par le réemploi de matériaux de construction, comme les gravats, dans les constructions neuves. Mais dans quelle proportion, et à quelle échéance ? Malgré l’imminence de la publication du paquet sur l’économie circulaire, attendu en décembre, force est de constater que l’exécutif européen et l’industrie campent sur des positions différentes.

>>Lire: Le futur paquet sur l'économie circulaire préoccupe industrie et ONG

Pour la Commission, les déchets issus de la démolition représentent un tiers du volume total des déchets produits par l’homme, soit 450 à 500 millions de tonnes par an. Un volume nettement trop élevé. Une partie est déjà « recyclée » dans la construction de routes par exemple, ou réutilisée dans du béton. Mais beaucoup trop peu. Les chiffres disponibles sont peu fiables, et font état de quelques pourcents du béton qui serait recyclé dans le meilleur des cas - au Danemark a priori.

Lire la suite sur Euractiv.fr


  

L'Institut | Membres | Les ateliers de travail | Adhésion | Publications | Case studies | Actualité de l'économie circulaire | Publications






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017