Lancement officiel du Programme National de Synergies Inter-entreprises dans quatre régions pionnières




Lancement officiel du Programme National de Synergies Inter-entreprises dans quatre régions pionnières
Initié par l'Institut de l'économie circulaire, l'ADEME, le CGDD et l'association Les Acteurs de l'écologie industrielle, le Programme National de Synergies Inter-entreprises (www.pnsi.fr) est officiellement lancé dans les quatre régions participantes : l'Aquitaine, la Bretagne, la Haute-Normandie et Rhône-Alpes. Innovant tant par la méthode développée que par ses objectifs ambitieux, il implique de nombreux acteurs territoriaux pour les deux prochaines années et vise à générer de nombreux bénéfices environnementaux et socio-économiques.
 
L'ambition de ce programme est de mobiliser les entreprises du territoires autour des enjeux de ressources et de quatre grands objectifs :
 
- Renforcer l'attractivité des territoires :
L'écologie industrielle et les symbioses industrielles contribuent à la revitalisation du tissu économique des territoires. La mise en place de synergies entre les entreprises leur permet d'économiser des ressources matérielles et immatérielles, de réduire leurs coûts d'approvisionnement et de fonctionnement, et de bénéficier de sources de revenus supplémentaires. Les services additionnels liés à l'animation des territoires sont également  susceptibles d'attirer de nouveaux acteurs économiques.
 
- Améliorer la résilience des territoires :
La raréfaction des ressources (minérales et fossiles par exemple) remet en cause la viabilité des systèmes économiques linéaires, notamment dans les régions faiblement dotées. Le bouclage des flux de matière et d'énergie permet de réduire considérablement leur dépendance aux approvisionnements extérieurs et de limiter les risques liés à la volatilité des prix ou aux pénuries de ressources.
 
- Créer des emplois :
Les économies de ressources réalisées et le déploiement des symbioses industrielles génèrent des emplois locaux et non délocalisables.
 
- Mener une politique de développement durable efficace :
L'écologie industrielle s'apparente à une politique concrète  touchant aux trois piliers du développement durable : économique, social et environnemental. Les synergies de substitution (« les déchets des uns deviennent les ressources autres ») ou de mutualisation (approvisionnement, logistique, gestion des déchets, etc.) permettent de préserver les ressources naturelles et de réduire les quantités de déchets et de gaz à effets de serre émis.
 
Depuis la conférence environnementale de 2013, l'écologie industrielle figure parmi les priorités françaises dans le cadre de la Stratégie Nationale de Transition Écologique vers un Développement Durable. Le PNSI propose un renouvellement du cadre méthodologique de déploiement de l'écologie industrielle en France, nécessaire à la mise en place d'une stratégie nationale efficace.
 

Le PNSI, un tournant méthodologique

  • Les limites d'efficacité aux approches développées en France
L'écologie industrielle n'est pas nouvelle en France. Plus d'une cinquantaine de démarches sont d'ores et déjà répertoriées sur le territoire.

La méthodologie historique repose sur la capacité d'investigation des praticiens qui élaborent un inventaire minutieux des flux entrants et sortants des entreprises du territoire. Ces flux sont ensuite croisés à l'aide d'un outil informatique qui permet de détecter les symbioses potentielles.
 
La phase de visites auprès des entreprises du territoire est particulièrement chronophage, ce qui limite de fait le nombre d'entreprises concernées et de synergies détectées.
 
  • La méthodologie PNSI : démultiplier les synergies
 
Le PNSI s'appuie sur une méthodologie développée au Royaume-Uni dans le cadre du National Industrial Symbiosis Program (NISP). Cette méthode, dont l'efficacité a été démontrée à plusieurs reprises à l'international, sera développée dans les quatre régions concernées par le programme.
 
La méthodologie élaborée par International Symbiosis s'appuie sur trois grandes étapes :
 
- rassembler le maximum d'acteurs autour d'enjeux économiques
Les synergies permettent aux entreprises de réduire leurs coûts et de diversifier leurs approvisionnements et leurs sources de revenus. L'entrée économique est privilégiée puisqu'elle constitue la priorité des acteurs économiques du territoire.
 
- la conduite d'ateliers rassemblant les acteurs du territoire
Chaque atelier rassemble une cinquantaine d'entreprises qui échangent leurs « offres » et leurs « demandes » en ressources. En moyenne, plus de 400 synergies potentielles sont détectées dans chacun de ces ateliers, dont de nombreux quick-wins (synergies « faciles ») qui peuvent être immédiatement mis en œuvre.
 
- l'accompagnement des praticiens et la concrétisation des synergies
Les praticiens finalisent l'identification des synergies à l'aide d'un outil de croisement des flux, évaluent leur faisabilité, et accompagnent les entreprises jusqu'à la concrétisation des symbioses industrielles.
 

Résultats obtenus au Royaume-Uni lors du programme NISP
  • réduction de 47 millions de tonnes de la quantité de déchets mise en décharge,
  • 1 milliard de livres de ventes additionnelles générées,
  • réduction de 42 millions de tonnes des émissions de CO2,
  • réduction de 1 milliards de livres des coûts,
  • réduction de 1,8 millions de tonnes des déchets dangereux,
  • création ou sauvegarde de 10 000 emplois,
  • économie de 60 millions de tonnes de ressources,
  • économise de 73 millions de tonnes d'eau industrielle.

L'appropriation par les territoires

Le PNSI est un programme territorial, mené à l'échelon régional. La redistribution des compétences territoriales opérée par la loi NOTRE et l'importance des flux de ressources à cette échelle désignent la région comme l'entité la plus pertinente pour conduire une politique ambitieuse d'écologie industrielle.
 
  • Définition des priorités d'action régionales
Chaque région conduit le programme sur son territoire et doit donc définir ses priorités. La réussite du programme sera ensuite évaluée à l'aune de ces objectifs qui peuvent être :
- les économies réalisées ;
- les investissements privés générés ;
- les ventes additionnelles à l'industrie ;
- les emplois préservés ou créés ;
- les tonnages d'enfouissement ou de GES évités.
 
  • L'échelle d'action
L'échelle d'action considérée dépend des moyens humains mobilisés pour mener à bien le programme. Les zones industrielles ou portuaires, dans lesquelles les flux de ressources sont plus nombreux, peuvent également être priorisés dans un soucis d'efficacité.
 
  • Constitution d'un réseau d'acteurs efficace
- Les praticiens, maillon essentiel
Les praticiens sont au cœur du PNSI. La réussite du programme repose en grande partie sur leur investissement et sur leur capacité à mobiliser les acteurs du territoire. Dotés de connaissances pluridisciplinaires, ils ont une bonne connaissance du tissu économique local et des réseaux d'acteurs préexistants. L'expérience montre que le nombre de synergies concrétisées sur un territoire est étroitement corrélé au nombre de praticiens mobilisés.
 
- Le comité de pilotage / comité technique
La mise en place d'un comité de pilotage et/ou technique permet d'impliquer directement certains acteurs clés du territoire (grandes entreprises, pôles de compétitivité, etc.) et de bénéficier de l'expertise technique nécessaire à la mise en place des synergies plus complexes (centres universitaires et de recherche, etc.).
 
- Le réseau d'entreprises
L'enjeu crucial est de parvenir à mobiliser les entreprises du territoire. Les praticiens et les coordinateurs régionaux doivent réaliser un important travail de communication autour du projet (événements, relais professionnels, appels téléphoniques, etc.). Les entreprises participantes ont elles aussi tout intérêt à interpeller leurs voisins, quel que soit leur secteur d'activité, afin de démultiplier le nombre de synergies potentielles.
 
Capitalisation et recherche
 
Les attentes vis-à-vis du PNSI sont importantes. Outre ses bénéfices économiques et environnementaux, le programme doit permettre d'orienter la stratégie nationale d'écologie industrielle prévue depuis la Conférence environnementale de 2011. L'appropriation de la méthodologie dans chaque région constitue dès lors un enjeu de recherche crucial.
 
L'Institut de l'économie circulaire a donc souhaité associer l'Université Technologique de Troyes, précurseur dans le domaine de l'écologie industrielle en France, afin de doter le programme de la connaissance et de l'indépendance académiques indispensables.
 
L'Institut s'attachera de son côté à faire le lien entre les différentes régions et assurera une capitalisation des mises en œuvre locales et résultats associés.
 
Opérations
 
Réalisé
Le PNSI a été lancé fin mai 2015. Depuis, les équipes régionales ont été mises en place et plus d'une trentaine de praticiens ont été formés au cours de deux formations, la première fin juin 2015 à Bordeaux et la seconde début novembre à Rouen.
 
Un premier atelier a aussi été réalisé en Aquitaine le 1er décembre à Saint André de Cubzac (Gironde) avec les très actives contributions de la CCI de Libourne et du SMICVAL. Ce sont plus de 40 entreprises qui ont participé et les résultats obtenus sont en accord avec les prévisions : plus de 200 ressources ont été proposées par les participants et ce ne sont pas moins de 536 synergies potentielles qui ont été identifiées.
 
Les retours des entreprises se sont avérés très positifs, il s'agit d'une « très bonne manière de découvrir les entreprises du territoire et d'y voir parfois des opportunités non soupçonnables auparavant. »  (Mme VASSAL de la Sté SINIAT) ou encore d'un « programme très intéressant qui permet de prendre du recul sur notre activité et nos process pour réduire les coûts liés à ceux-ci. » (M. BOURDACHE de la Sté SMURFIT KAPPA). Maintenant, l'équipe locale travaille à la mise en œuvre des synergies et au développement continue du réseau.
 
Le réseau des praticiens a pu bénéficier de ce premier retour d'expérience et les prochaines échéances sont planifiées pour le premier semestre 2016, voire même au-delà pour certaines régions.
 
A venir
Pour la région Aquitaine, les prochains ateliers auront lieu à Pau le 16 février 2016 et dans le Lot-et-Garonne le 14 juin 2016. En Rhône-Alpes, le premier atelier se déroulera le 2 février, suivi d'un second à Grenoble le 26 avril. Pour la Bretagne, le 1er mars est réservé pour l'atelier de Rennes et le 8 mars pour celui de Quimper. Enfin, en ce qui concerne la Haute-Normandie, elle accueillera son premier atelier le 22 mars à Lillebonne et son second le 19 avril.
 
Plusieurs autres dates sont en discussion pour engager encore plus massivement les régions concernées dans le PNSI. Au total, ce seront minimum 16 ateliers qui seront réalisés, complétés en fonction des équipes et du tissus économique local, par des ateliers additionnels.
 
Toutes les informations relatives au programme et à la tenue des ateliers du PNSI sont disponibles sur le site pnsi.fr mis en ligne pour l'occasion.
 
 
Adrian Deboutière & Laurent Georgeault, coordinateurs nationaux du PNSI
www.pnsi.fr

 
 
 
 

Lundi 11 Janvier 2016

  

Vie de l'Institut | Communiqués de presse | Revue de presse






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2016