La planète se trouve dès aujourd'hui «en situation de déficit écologique»



INTERVIEW - Depuis mardi, les ressources annuellement disponibles sont épuisées et l'humanité puise dans des réserves sans cesse plus faibles. Martin Halle, analyste politique à l'ONG Global Footprint Network, explique ce que cela signifie et pourquoi ce phénomène survient plus tôt d'année en année.


Qu'est-ce que le «jour du dépassement»?

À partir de mardi, la totalité des ressources que la planète est capable de produire en une année est consommée. C'est-à-dire que nous nous trouvons en situation de déficit écologique: en termes financiers, nos dépenses dépassent les recettes écologiques de notre budget annuel. Les recettes, ce sont d'abord les récoltes des surfaces de production: les ressources forestières, l'eau ou la nourriture: céréales, viande, poisson... Mais c'est aussi la capacité de l'écosystème à absorber les déchets, notamment les émissions de CO2.

Comment calculez-vous cette date?

Nous mesurons les surfaces productives et les besoins à l'échelle d'un pays. D'un côté, nous comptabilisons ce que nécessite une production. Par exemple, une tonne de blé ou un mètre cube de bois supposent une certaine surface indispensable. Y compris dans le cadre de l'élevage: les céréales utilisées pour nourrir les animaux doivent être cultivées. De même, l'émission du carbone implique des forêts et océans capables d'absorber ces déchets. De l'autre côté, on calcule la production et les rejets du pays. On obtient une empreinte carbone par habitant que l'on peut comparer aux ressources du pays, puis au niveau planétaire.

Lire la suite sur le Figaro


  

L'Institut | Membres | Les ateliers de travail | Adhésion | Publications | Case studies | Actualité de l'économie circulaire | Publications






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017