L'économie verte appliquée au domaine de l'eau



Les besoins en eau augmentent. Les ressources se raréfient. Il est pourtant de plus en plus possible de réutiliser et valoriser les eaux usées. Selon l’ONU (2012), les besoins en eau augmenteront de 30 % d’ici à 2030. Dans un contexte mondial où l’eau douce est une ressource limitée et où l’économie circulaire est encouragée, des innovations techniques permettent la réutilisation des eaux usées ou leur valorisation sous forme de matières, de chaleur et d’énergie. S’y ajoutent de nouveaux modèles économiques qui favorisent un accès plus large à l’eau potable ou limitent les prélèvements d’eau dans le milieu naturel.


Disneyland recycle 740.000 m3 d'eau par an

L'économie verte appliquée au domaine de l'eau
Les eaux usées peuvent tout d’abord être réutilisées dans leur globalité. Par exemple, l’usine Essilor de Sézanne, dans la Marne, recycle désormais au moins 70 % des eaux consommées, eaux qui seront directement réutilisées en production. Autre exemple, Disneyland Paris est le premier opérateur de parcs à thème en Europe à s’équiper d’une station de recyclage pour réduire sa consommation d’eau potable. La quasi-totalité des eaux usées du site, soit 740 000 m3 par an, est recyclée pour alimenter des attractions, nettoyer les voiries, arroser les espaces verts, notamment le golf, ou encore contribuer au refroidissement de la centrale énergétique qui alimente le site.

Le surplus est reversé dans l’un des bassins de rétention d’eaux pluviales de Val d’Europe. Ainsi 330 000 m3 d’eau par an sont économisés. La station d’épuration bénéficie d’une solution technologique performante avec sa filtration membranaire (procédé Biosep) qui assure l’élimination poussée des bactéries, virus et parasites. L’intégration de la station dans un bâtiment couvert réduira à terme les nuisances potentielles, notamment olfactives et sonores.

De manière générale, la réutilisation des eaux usées est en voie de développement dans le monde. En France, la réglementation stricte, qui impose des traitements épuratoires parfois importants, est un des freins à son développement.

Lire la suite sur Les Echos


  

L'Institut | Membres | Les ateliers de travail | Adhésion | Publications | Case studies | Actualité de l'économie circulaire | Publications






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017