L’économie circulaire, un enjeu phare de la transition énergétique



Lors de la 2nde édition de la conférence environnementale organisée par le gouvernement, les 20 et 21 septembre prochains, une réflexion de fond sur l’économie circulaire devrait être engagée dans le cadre du débat sur la transition énergétique. Que dire de cette nouvelle approche de l’économie ?


L’économie circulaire, un enjeu phare de la transition énergétique
Jusqu’à présent, l’organisation de l’économie n’a pas intégré à sa juste mesure la finitude des stocks de matières premières, pas plus que le gaspillage des ressources ou de l’énergie. Sans une nouvelle organisation de nos cycles de production, des pans entiers de l’économie pourraient prochainement s’arrêter à un horizon d’une vingtaine d’années, faute de matière à transformer ou d’énergie pour faire tourner les machines.
 
L’économie circulaire1 vise à assurer une production industrielle propre, sobre et qui ne mettrait pas en péril les stocks de matières premières, mais aussi et plus généralement à modifier notre mode de vie en privilégiant le recours à des ressources primaires locales et au recyclage.
 
Si 7 Français sur 10 ignorent l’existence d’un débat sur la transition énergétique, les sujets qu’il recouvre intéressent toutefois une part croissante et significative des citoyens : sobriété énergétique, protection de l’environnement, réduction de la pollution, changement climatique…
 
Très concrètement, le Groupe GDF SUEZ maîtrise des technologies et propose d’ores et déjà des services qui contribuent au développement de l’économie circulaire :
  • tout d’abord, en produisant de l’électricité par des énergies renouvelables : photovoltaïque, éolien notamment ;
  • également, en recyclant des déchets fermentescibles (ménagers, agricoles, industriels) pour produire du biométhane, « gaz vert » qui peut être injecté dans le réseau local de distribution ;
  • en valorisant des eaux usées pour produire de la chaleur alimentant un bâtiment collectif ;
  • en proposant des solutions de mobilité durable qui répondent notamment à la problématique de logistique du dernier kilomètre, etc. …
 
En outre, de par ses différentes implantations internationales, GDF SUEZ capitalise sur des pratiques observées dans d’autres pays parfois plus en avance que nous dans le recyclage et l’écologie, tels que l’Allemagne ou les Pays-Bas notamment.
 
Et si la prise de conscience est croissante au sein de la population, la promotion de l’économie circulaire va de pair avec la mise en œuvre des solutions d’efficacité énergétique proposées à l’habitant : isolation de leur logement, équipements thermiques éco-efficaces, informations sur les éco-gestes.
 
Dans ces domaines, là encore, GDF SUEZ s’investit en tant qu’acteur majeur, et responsable.
 
1Fruit des principes de l’écologie industrielle (une entreprise utilise comme matière première les résidus de production d’un autre site), de la transition énergétique (maîtrise des consommations et production « bas carbone ») et de l’économie verte (réduction de la consommation de ressources naturelles et recyclage), l’économie circulaire apparaît comme l’un des moteurs les plus puissants du développement durable.

Source : GrDF


Mots clés : GrDF
Lundi 8 Juillet 2013

  

Actualité des membres | Membres fondateurs | Personnalités (politiques, chercheurs...) | Membres de l'Institut






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017