"Il faut durcir les conditions de la mise en décharge des déchets valorisables", estime le président du Syndicat français de l’industrie cimentière



En 2015, le taux moyen de substitution énergétique dans les cimenteries françaises s’est élevé à 38%. La filière se fixe pour objectif d’atteindre 50% à l’horizon 2020, notamment en s’engageant à porter sa consommation de combustibles solides de récupération (des combustibles solides préparés à partir de déchets non-dangereux) à 1 million de tonnes, contre 280 000 tonnes actuellement. Le président du Syndicat français de l’industrie cimentière, Raoul de Parisot, explique à L’Usine Nouvelle les enjeux de cette transition énergétique.


L’Usine Nouvelle – De quelle manière l'industrie cimentière s’est-elle attelée au sujet de la valorisation des déchets ?

Raoul de Parisot - Nous utilisons 900 000 tonnes de déchets qui ont une valeur énergétique. Nous avons depuis une dizaine d’années beaucoup développé l’emploi des combustibles solides de récupération (CSR) : meubles, bois, tissus… qui ne peuvent pas être recyclés. La baisse du taux de substitution énergétique en 2007 s’explique par la réintroduction des farines animales dans certains circuits, dix ans après la réquisition de l’industrie cimentière par les pouvoirs publics pour aider à leur élimination. Les CSR ont aidé à faire remonter la courbe. La part des déchets dangereux (huiles usagées, solvants, boues de stations d’épuration…) recule. Le recyclage matière est moins connu. L’industrie cimentière a recyclé, en 2015, 2,4 Mt de déchets minéraux. Nous avons besoin de molécules de fer pour faire du ciment.

Comment faire grimper davantage le taux de substitution énergétique dans les cimenteries ?

Il faut développer les filières de combustibles solides de récupération (CSR), ce qui veut dire qu’il faut augmenter l’efficacité de la collecte. Il faut durcir les conditions de la mise en décharge, et en augmenter les coûts. En Angleterre, la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) est trois à quatre fois plus importante qu’en France, tandis que l’Allemagne a fermé des décharges ! Cela a forcé les filières à développer des alternatives. En France, des déchets valorisables partent encore en décharge. Il faut, de plus, un durcissement des règles de mise en décharge, de façon à ce que de nouvelles usines de tri et de séparation des différents composants des déchets énergétiques soient construites afin d’arriver à un combustible qui soit suffisamment normé.

Quels sont les freins à la valorisation matière des déchets ?

Il y a un problème de composition chimique. La composition chimique du déchet minéral doit être compatible avec la chimie du clinker (la fusion du calcaire, de l’argile, du sable et de l’oxyde de fer : ce qui sort de nos fours). D’après les arrêtés préfectoraux, si la somme des éléments contenus dans le clinker est à 80% dans le déchet, on peut le réceptionner. Sinon, on ferait de l’élimination et pas de la valorisation.

Lire la suite sur UsineNouvelle.com


Mots clés : SFIC

  

Actualité des membres | Membres fondateurs | Personnalités (politiques, chercheurs...) | Membres de l'Institut






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017