Entrepreneurs, avec l’économie circulaire, révolutionnez le monde !



Notre société actuelle est aujourd’hui indéniablement confrontée à des crises multiples : le modèle économique atteint ses limites, la crise écologique est plus que jamais présente et nous le rappelle tous les jours au vu des catastrophes de par le monde et de la pénurie qui s’annonce… de toute façon, si on suit les courbes actuelles, nous allons dans le rouge…


1ère partie : Posons les bases de l’économie circulaire

Face à un tel constat, quelle est donc la clef du changement qui va nous permettre de satisfaire nos besoins, de redonner du souffle à nos entreprises tout en diminuant nos consommations de ressources ? Il nous faut tout simplement changer de modèle….et pour répondre à ces enjeux forts de mutation économique et de société, l’économie « circulaire » est le concept qui va nous y aider. Elle a déjà commencé, elle est en marche, allons voir de plus près ce qui va nous permettre de la généraliser…

Les limites de notre modèle actuel qui participe aujourd’hui à la raréfaction des ressources

D’après des publications de l’OCDE, la consommation de matières premières a augmenté de 2,5 % par an en moyenne depuis 20 ans, soit au total de 65 % pour culminer aujourd’hui à un tonnage édifiant de 62 milliards de tonnes de ressources extraites dans le monde chaque année !…

Partant de ces chiffres clefs, on ne peut qu’avoir froid dans le dos ! Il nous faut donc arrêter avec le modèle de l’économie linéaire basée sur « l’extraire, le produire, le consommer et le rejeter » : c’est tout simplement un non-sens. D’autant plus que ce modèle n’est tout simplement pas compatible avec la finitude des ressources naturelles. Ce modèle participe de fait à la raréfaction des ressources, à l’épuisement des énergies non renouvelables et à la fluctuation des prix des matières premières. Et la croissance démographique accentue cette tendance !

Adieu les modèles linéaires, place aux modèles circulaires !

Nous avons donc besoin plus que tout d’un modèle qui permet une régénération du capital naturel et qui favorise la réutilisation des ressources. Et pour changer de paradigme, nous devons aller vers une économie fondée sur les 3 R, Réduire, Réutiliser, Recycler qui vise justement le découplage entre l’utilisation de ressources et la croissance économique. Mais il ne s’agit pas uniquement de recyclage de matière, comme trop souvent d’idées reçues circulent sur le sujet.

Certes, les progrès techniques ont permis d’améliorer le recyclage mais cela ne suffit pas : son effet est clairement insignifiant sur le long terme s’il ne s’accompagne pas d’une révision complète du modèle économique pour aller vers la « circularité »… Et pour cela, il nous faut une économie qui modifie les modes de production, en impactant la conception des matériels et des équipements dans le critère de choix des matériaux et dans leur durée de vie et qui invente des nouveaux modèles de consommation. Et l’économie qui permet de répondre à tous ces enjeux, c’est l’économie circulaire.

Une économie qui célèbre l’énoncé du chimiste Antoine Laurent de Lavoisier: "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" autrement dit, qui s’inspire des écosystèmes naturels, une approche holistique, globale et tout simplement systémique….

L’économie circulaire, un concept chapeau

L’économie circulaire est en fait un concept chapeau, elle n’est pas adossée à une définition officielle ni académique. L’Institut de l’Economie circulaire créé il y a tout juste 1 an est d’ailleurs là pour porter ses principes et les promouvoir en France et en Europe. Ecoutons à ce sujet Grégory Giavarina, Délégué Général de l’Institut « Cette économie est déjà en marche depuis longtemps, rien que s’y l’on se réfère au recyclage des métaux, même si l’économie circulaire vise beaucoup plus haut et qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. L’Institut a pour but de servir un seul objectif, réussir à découpler la croissance économique de l’extraction de ressources naturelles. Et l’enjeu est bien de réussir à chaque fois à systématiser le développement de boucles économiques créatrices de haute valeur ajoutée».Un concept donc mais qui comporte de nombreuses facettes et s’incarne dans de nouveaux modèles économiques et dans de nombreuses approches.

Lire la suite sur Dynamique mag

Jeudi 6 Mars 2014

  

Vie de l'Institut | Communiqués de presse | Revue de presse






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017