Compostage collectif en copropriété : visite à Saint-Maur-des-Fossés




Marie-Christine Mahut, mâitre composteur, présente les principes du lombricompostage.
Marie-Christine Mahut, mâitre composteur, présente les principes du lombricompostage.
A l’occasion de la semaine nationale du compostage de proximité, nous sommes allés à la rencontre d’un réseau vivace qui a à cœur de faire découvrir et de démocratiser cette nouvelle pratique qui s’installe au cœur des villes.

Ouverture de site dans une copropriété saint-maurienne

15h, Mercredi 5 Avril, Saint-Maur-des-Fossés (94). Une vingtaine de personnes1 sont rassemblées au sein d’une copropriété de 28 logements qui a ouvert ses portes en août 2015. Des espaces verts ont été aménagés ainsi qu’un potager que les habitants peuvent cultiver. Fourni par le Centre technique municipal au prix de 15 euros, le composteur collectif de la résidence est le dernier arrivant en date ; installé en juin 2016, il s’inscrit donc dans la suite logique.

Cette visite s’adressait à un public varié, du néophyte au composteur endurci, mais une petite piqure de rappel a été faite par Marie-Christine, membre-bénévole et maître composteur du Réseau compost2 de Saint-Maur-des-Fossés. Egalement présente lors de cette après-midi, l’association Ecophylle, dédiée à l’éducation à l’environnement, venue en soutien.

Le composteur collectif de la copropriété.
Le composteur collectif de la copropriété.

Le compostage, l'affaire de tous

Premier constat : 30% de nos poubelles sont composés de matières organiques, et donc de matières compostables potentielles. Autrement dit, une petite mine d’or vert. Contenant plus de 80% d’eau (pour ce qui concerne les restes de cuisine), ces biodéchets sont, encore aujourd’hui, incinérés : leur valeur n’est pourtant plus à démontrer mais ce traitement persiste. Le compostage de proximité incarne ainsi une alternative viable mais peu répandue avec un double bénéfice. Environnemental tout d’abord, car les déchets organiques que nous considérons aujourd’hui comme détritus deviennent un véritable engrais naturel. Economique ensuite, produire son compost soi-même permet d’éviter l’achat d’engrais dans le commerce, et le coût de traitement de ces déchets est quant à lui réduit.

En 2015, la Loi de transition énergétique pour la croissance verte a fixé un nouvel objectif : le tri des biodéchets à la source en 2025. Déjà en vigueur pour les gros producteurs de biodéchets (restauration collective,…), il sera donc étendu et concernera les particuliers d'ici quelques années.

Sensibilisation aux principes du compostage

Au programme donc, un rappel des fondamentaux : (1) un équilibre à trouver avec 60% de matière humide / 40% matière sèche ; (2) couper en morceaux les déchets afin de laisser des angles d’attaque pour les décomposeurs et accélérer la décomposition ; et (3) surtout bien mélanger les matières afin d’homogénéiser. Le printemps reste la bonne période pour commencer et installer son composteur à la mi-ombre est idéal. Si une forte odeur se fait sentir, cela signifie que le compost manque de brassage et des moucherons peuvent apparaitre !

Apprendre à observer son compost et son écosystème

Pas encore assez mûr et quelques moucherons : le compost repart dans son bac après un brassage et une homogénéisation à plusieurs mains.
Pas encore assez mûr et quelques moucherons : le compost repart dans son bac après un brassage et une homogénéisation à plusieurs mains.
Dans un deuxième temps, un bilan des premiers mois de vie du composteur a été dressé afin de mettre au jour bonnes (et moins bonnes) pratiques. Une récolte de compost était également envisagée mais celui-ci s’est avéré trop jeune pour être distribué.

Des erreurs de tri ont été relevées, lot commun de tout composteur à ses débuts. Par exemple, une des règles applicables au compostage collectif : ne pas mettre de déchets de poisson ou de viande car ils peuvent attirer des nuisibles et notamment des rongeurs.

Depuis son installation, le composteur de la résidence n’est jamais monté en température mais il est possible, dans une certaine mesure, de composter à froid.

Autre observation : la présence de larves de cétoine dorée. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Celles-ci sont totalement inoffensives et même bénéfiques car elles décomposent les déchets végétaux. La cétoine adulte, petit scarabée vert, viendra quant à elle polliniser les fleurs alentour. Indispensable donc et trop souvent confondues avec les larves de hannetons qui s’attaquent aux matières vivantes. Une erreur que l'on peut éviter car les hannetons pondent dans la terre et non dans le compost.
 « Dans une cuillère à café de compost, il y a plus d’organismes vivants qu’il n’y a d’êtres humains sur terre. »
- Marie-Christine Mahut, maître composteur.
Marie-Christine n’a pas hésiter à encourager les achats collectifs afin de mutualiser connaissances, compost et surtout espace.

Le ver du fumier, ou ver rouge, agent indispensable à tout lombricomposteur.
Le ver du fumier, ou ver rouge, agent indispensable à tout lombricomposteur.

Le lombricompostage, pour les petits espaces

Ici, le brassage n’est pas nécessaire comme dans un composteur classique. Dans les lombricomposteurs, c’est le ver du fumier, ou ver rouge, qui travaille le compost ! Attention donc de ne pas y mettre des lombrics car ils ne jouent pas le même rôle : ils vivent plus profondément dans le sol et creusent leurs célèbres galeries. Adultes les vers du fumier peuvent ingérer l’équivalent de leur poids par jour.

Attention cependant : pas d'oignon, d'échalotes ou d'agrumes ici car ce sont de puissants vermifuges avec un fort taux d’acidité.

Comptez aux alentours de 80 euros pour un lombricomposteur mais quelques villes d’Île-de-France comme Créteil les vendent à un prix abordable. L’une des membres d’Ecophylle a par ailleurs réussi à en fabriquer un de ses propres mains pour 8 euros seulement avec des matériaux récupérés.
 

Si vous souhaitez aller plus loin, l’ADEME a actualisé en mars 2017 son guide pratique du compostage en y incluant le paillage, pratique connexe et tout aussi bénéfique pour nos espaces verts.

___________

1 Avec 4 ouvertures de site sur Saint-Maur-des-Fossés durant la semaine nationale du compostage de proximité, 17 personnes ont participé en moyenne par animation, soit environ 70 personnes au total. (Source : Réseau Compost Saint-Maur)
2 Le réseau compost de Saint-Maur-des-Fossés a été créé dans le cadre du plan local de prévention des déchets de 2009.
 


  

L'Institut | Membres | Les ateliers de travail | Adhésion | Publications | Case studies | Actualité de l'économie circulaire | Publications






Librairie
Librairie





Dernier Tweet

Kedge Business School FEDEREC Fondation Nicolas Hulot GrDF La Poste
       

Institut de l'économie circulaire © 2017